Question

Est-il normal de se sentir affecté ou d’être bouleversé par le fait d’avoir des verrues ano-génitales?

Certaines personnes pensent qu’une maladie sexuellement transmissible est la punition que mérite une conduite “pas comme il faut” qui peut même aller jusqu’au cancer, ou pire !
D’autres vont se sentir trahies et refuseront tout nouveau contact sexuel par crainte d’une nouvelle surprise désagréable.
C’est souvent le partenaire qui sera tenu pour responsable. Pas toujours avec raison parce qu’il peut parfois se passer un temps très long entre l’infection par le virus et l’apparition des verrues.

Si le fait d’avoir des verrues ano-génitales vous inquiète, rappelez-vous que:

Verrues ano-génitales - Ne pas dramatiser:
les verrues ano-génitales peuvent être traitées,

vous n’êtes pas seul(e). On estime que des dizaines de milliers de personnes sont touchées par cette affection. Si vous êtes correctement traité(e) et suivi(e) convenablement ensuite, vous ne risquez aucune complication;

le cancer du col de l’utérus est le problème le plus grave associé aux papillomavirus génitaux. Il est facile de le prévenir en pratiquant un dépistage régulier (frottis du col) et en traitant les anomalies dépistées;

le risque de transmission existe, même en l’absence de lésions externes visibles;

il existe plusieurs traitements possibles (externes ou chirurgicaux) des verrues ano-génitales, ainsi  que des traitements médicamenteux qui aident les défenses immunitaires à produire des substances qui contribuent à lutter contre le papillomavirus. Ces traitements sont faciles à appliquer et moins irritants.